Accueil
Vers PDF  IMPRIMER  Les Autres Documents  Accueil Mis en ligne le 28 Avril 2012
Syndicat CGT EVSPC

Espaces verts, Sports, Prévention et Cimetières
logo syndicat CGT EVSPC
 


Agents d’accueil et de surveillance

Compte-rendu de l’audience à la DEVE
 

 

La CGT-EVSPC avait sollicité une audience auprès de la DEVE concernant les revendications des Agents d’accueil et de surveillance des parcs et jardins et des cimetières. Une délégation a été reçue le 12 avril.

Ces revendications concernent principalement les effectifs, les conditions de travail, les locaux, les primes et le problème de travail les jours fériés.

 

 

Sous effectifs dans les brigades

 

La CGT-EVSPC est intervenue sur le manque d’effectifs inquiétant dans les brigades qui a des conséquences importantes sur le service rendu aux usagers et sur les conditions de travail et de sécurité des AAS.

Pour nous, l’accueil des usagers dans les parcs et jardins et dans les cimetières est une mission essentielle de service public. Or, cette mission ne peut être menée à bien en raison des effectifs qui ne sont pas à la hauteur de cette mission.

Pire, ce qui est actuellement effectué se fait au détriment des conditions de travail et de sécurité des agents. Les AAS sont les agents les plus exposés en ce qui concerne les agressions. Nous exigeons que les agents travaillent en binôme.

C’est pour nous le meilleur moyen de faire baisser le nombre d’agressions. De plus, de plus en plus d’agents ne peuvent bénéficier de 4 semaines de congés consécutives en période estivale. C’est pour nous la négation de la reconnaissance du travail des AAS.

La CGT exige donc la création d’urgence de 300 postes budgétaires d’AAS à la DEVE.

 

Réponse DEVE :

La Direction rappelle la politique du Maire en matière d’effectifs : pas d’augmentation globale des effectifs à la Mairie.

Cela se traduit à la DEVE, dans le cas par exemple de création de nouveaux jardins, par le redéploiement des effectifs existants (ainsi, on prend à droite et à gauche pour répondre aux nouveaux besoins et sur les sites les effectifs diminuent).

La direction examine divers subterfuges pour palier à ce manque d’effectifs : laisser plus de jardins ouverts la nuit et mettre des agents en permanence dans certains jardins « prioritaires ».

Pour la période d’été, une centaine de vacataires seront embauchés cette année comme les années précédentes (pour la CGT, cela ne répond pas au besoin d’effectifs). Concernant, le travail en binôme, il n’est nécessaire, selon la direction, que dans certains cas et ne peut pas être généralisé.

Concernant les congés d’été, la direction refuse de s’engager sur les 4 semaines consécutives, en prétextant « que nous sommes un service public et que nous devons assumer cette fonction ». Les AAS qui galèrent à longueur d’année sur le terrain apprécieront ce mépris !

 


 

Indemnitaire

 

Pour la CGT-EVSPC, la fonction principale des AAS est l’accueil des usagers dans les parcs, les jardins et les cimetières.

Nous demandons donc que la prime (NBI) d’accueil attribuée à certains personnels le soit également aux AAS. Nous demandons également une prime de risque et une prime de 100 € pour chaque dimanche travaillé comme dans les bibliothèques.

 

Réponse DEVE :

Sur la prime d’accueil, celle-ci n’est attribuée qu’à certains types de personnels désignés par une délibération du Conseil de Paris de 2003 et les AAS ne sont pas concernés.

Sur la prime du dimanche, la DEVE propose seulement de se rapprocher de la Direction des affaires culturelles pour voir dans quelles conditions elle est attribuée.

Pour la prime de risque, elle ne s’exerce que dans certaines conditions qui ne sont pas remplies par les AAS. Il existe néanmoins une NBI pour les agents travaillant en Zone urbaine sensible, mais le temps de travail effectif dans ces zones doit être supérieur à 50 %.

Concernant la prime des opérations funéraires pour les AAS des cimetières, il s’agit d’une prime fixée par l’Etat sur lequel la direction n’a pas d’amplitude d’action.

 


 

Restaurants administratifs

 

Pour la CGT, tous les salariés de la mairie doivent avoir accès à un restaurant administratif, de façon à pour bénéficier d’un repas complet et décent à prix subventionné.

Nous sommes loin d’en être là et bien au contraire la politique de la mairie consiste à fermer les uns après les autres les restaurants de proximité, dans le but de ne conserver que quelques gros restaurants, voire à terme de se désengager de la restauration en faveur du personnel.

La CGT demande donc la création de restaurants administratifs de proximité et dans les cas (qui devraient être exceptionnels) où les agents ne peuvent y avoir accès, l’attribution de tickets restaurants ou d’une prime.

 

Réponse DEVE :

La direction comprend tout à fait qu'il est impossible aux AAS de se rendre dans une cantine les week-ends et les jours fériés, ainsi qu’en raison des rythmes de travail ou de l’éloignement des restaurants, mais des recherches pour trouver des restaurants conventionnés sont effectuées.

Elle rappelle que la Mairie de Paris n'a aucunement l'intention d'attribuer des tickets restaurants ou des primes de repas.

 


 

Prime pour les AAS qui vont travailler dans les cimetières annexes

 

En raison des responsabilités exercées par les AAS qui vont dans les cimetières annexes, la CGT revendique une prime de 5 € par jour, comme pour les faisant fonction.

 

Réponse DEVE :

Une prime a été mise en place qui de l'ordre de 50 euros par site annexe et par mois à se partager entre les AAS qui vont sur les sites en question. Il n’est pas question de réévaluer cette prime.

 


 

Travail les jours fériés

 

Concernant les jours fériés, la CGT demande l’équité concernant le nombre de jours travaillés, alors que ce n’est pas le cas sur le terrain et que trop souvent l’arbitraire règne.

Nous proposons que la direction établisse une note de service précisant que les AAS en cycle du 4/3 puissent travailler entre 6 et 8 jours fériés par an et que ceux en cycle 5/2 puissent travailler entre 8 et 10 jours fériés par an.

D’autre part, à propos des cimetières de Bagneux et Pantin, nous réclamons que le recrutement des agents pour les fêtes de Rosh Hashanah et de Yom Kippour se fasse sur la base du volontariat.

 

Réponse DEVE :

La direction demandera aux TSS de répartir équitablement les jours fériés travaillés entre les agents mais refuse de formaliser cette demande par une note de service.

Concernant le second point, le chef des cimetières est ferme sur sa position pour réquisitionner les AAS les jours de Rosh Hashanah et de Yom Kippour car il faut beaucoup d'AAS pour gérer ces jours de fêtes à très forte affluence.

Il propose néanmoins de faire une étude, sur la proposition de la CGT, pour voir si des possibilités de volontariat, moyennement une prime, pourraient être mises en place.

 


 

Locaux et conditions de travail

 

  • La CGT-EVSPC rappelle l’état déplorable d’un nombre important de locaux sociaux, parfois du manque de vestiaires séparés pour les femmes et les hommes, et la lenteur de leur mise aux normes légales en raison de la faiblesse des budgets alloués par la Mairie.

    Cette situation est inadmissible et une autre logique doit s’imposer dans les choix politiques de la Mairie.

    La CGT note le mépris du Maire en direction de ses salariés.


    Réponse DEVE :

    La direction ne maîtrise pas les budgets alloués par la Mairie. Néanmoins, des travaux sont programmés dans certains locaux sociaux et la liste sera fournie à la CGT.




  • Sur l’entretien des tenues, la CGT rappelle que selon la loi, l’employeur doit assurer le lavage et le nettoyage des tenues de ses salariés. C’est une ancienne revendication de la CGT et il est inadmissible que les agents payent de leur poche l'entretien de leurs uniformes pour travailler et remplir leurs missions.


    Réponse DEVE :

    La direction admet que la Mairie est hors la loi mais qu'aucune solution ne peut être trouvée faute de budget alloué. Il est également hors de question d'attribuer une prime de nettoyage pour palier aux manquements de l’administration.




  • Sur l’entretien des locaux et des guérîtes, la loi oblige aussi l’employeur à assurer l’entretien et la propreté des locaux du personnel et des locaux de travail. La CGT réclame donc que la loi soit respectée et que la direction trouve un moyen pour assurer la propreté de ces locaux.

    La CGT rappelle que les AAS sont des agents d'accueil et non des agents techniques de surface. Ils ne sont pas habilités à manipuler des produits chimiques tels que l’eau de javel et autres produits. L'entretien ménager (en particulier des sanitaires) n’est pas le métier des AAS.


    Réponse DEVE :

    Tout à fait hors de question d'attribuer cette tâche à une entreprise et les agents doivent assurer le nettoyage des guérites, des locaux et des sanitaires. Tout au plus consent-elle à étudier la possibilité d’un nettoyage approfondi une ou deux fois dans l’année.




  • Sur l’intranet dans les locaux du personnel, la CGT précise que le matériel fourni est vétuste et fonctionne mal. Ces disfonctionnements ne permettent pas aux agents de profiter de ce service.


    Réponse DEVE :

    La direction est consciente des problèmes rencontrés et la DSTI gère le problème de débit qui devrait être résolu avant l’été. A voir !




  • Concernant les barrières électriques aux entrées des cimetières, c’est une vieille revendication de la CGT que tous les cimetières soient équipés de ce type de barrière pour améliorer les conditions de travail des agents en poste aux entrées.

    Les barrières sont lourdes et leur manipulation manuelle permanente est une véritable souffrance pour les agents. La CGT demande où en est le programme d’équipement des cimetières.


    Réponse DEVE :

    La direction évoque une fois de plus les problèmes budgétaires. Rien pour 2012 et seul Bagneux sera équipé d’une barrière électrique en 2013. Pour Pantin et Thiais, il faudra attendre… 2015 au mieux.

    On voit avec plaisir l’intérêt du Maire (qui vient de signer un accord cadre sur la santé et la sécurité au travail) pour les conditions de travail de ses salariés ! Les choix politiques de la Mairie ne vont pas dans le sens de l’amélioration des conditions des salariés.

 

En définitive, pas d’avancées significatives sur les revendications des AAS, malgré les fortes attentes des agents. Les AAS continueront à travailler dans des conditions dégradées, à souffrir de la pénurie en effectifs, à être exposés aux agressions, à galérer pour obtenir leurs congés…

Il n’y a aucune reconnaissance de la qualité du travail fournie par ce corps dont la mission est essentielle pour le service public. Malgré toutes les opérations de communication, le constat est accablant pour la Mairie, ses choix politiques ne vont pas dans l’amélioration des conditions de travail des agents.

Parfois même, l’administration s’acharne à rester en dehors de la loi. Sur le déroulement de carrière, la CGT revendique un déroulement sur toute la catégorie C et le passage de tous les ASS qui sont en échelle 3 en échelle 4 et de ceux qui sont en É 4 en É 5.

 


Il n’y a pas de miracle,

c’est seulement par la mobilisation avec la CGT

que les revendications justifiées des AAS aboutiront.
 

 

 
REAGIR SUR CE COMMUNIQUE NOUS CONTACTER
 
 Plan du site  -  Webmaster  -  Mentions Légales  -  Contact      Haut de Page