SYNDICAT CGT DE LA PETITE ENFANCE DES SERVICES PUBLICS PARISIENS
Bourse du Travail - 2e étage - Bureau 208 3, rue du Château d'eau - 75010 Paris.
Tel : 01 44 52 77 08
Fax : 01 44 52 77 29
Adresse Mail : cgt-pe@hotmail.fr
Actualités par années :

Déclaration CGT Petite Enfance au CT Central du 4 décembre 2015

Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans _menu_load_objects() (ligne 579 dans /homepages/34/d169115105/htdocs/us_2013/includes/menu.inc).
Mardi, 8 Décembre, 2015 - 11
Déclaration CGT Petite Enfance au CT Central du 4 décembre 2015

Il a fallu que les personnels des établissements de la petite enfance crient leur « Ras le bol » au printemps dernier pour que le service public de la petite enfance prête « une attention particulière ».

Sur les 118 créations de postes :

  • 110 pour remplacer les agents absents.
  • 5 pour la finalisation de la déconcentration de la DFPE.
  • 3 pour « améliorer l’accueil de la petite enfance handicapée.

Cette phrase nous dérange remarquée qu’à moitié car c’est vrai, la petite enfance est handicapée, il lui manque des bras.

Pour revenir sur ces 3 postes « Quelle amélioration » (3 postes pour 500 établissements).

De qui se moque-t-on ?

Nous ne demandons pas l’aumône mais juste une reconnaissance de nos fonctions et des meilleures conditions de travail.

Vous croyez résoudre les problèmes en embauchant des contractuels de janvier à avril.

Vous ne faites que déplacer les problèmes.

Surtout en mettant en place, sans en parler aux organisations syndicales la semaine des 4 jours et les petites compagnies.

La mise en place soi-disant « expérimentale » des petites compagnies où la DFPE promet le mélange d’âges est un retour vers le passé, en contradiction avec la continuité des soins, l’idée de référence souple. Cette organisation du travail crée un sentiment d’insécurité
pour les professionnelles, les enfants et les parents. Elle a pour objectif de rendre plus souple le fonctionnement interne, pour pouvoir accueillir tous les enfants même s’il
manque beaucoup de personnel et qu’il n’est pas remplacé.

Le dernier projet dont nous avons connaissance est celui de la semaine des 4 jours. Semaine des 4 jours où les agents auraient un JRTT imposé par semaine, 45 mn de pause méridienne et une heure de travail en plus par jour ! C’est une dérogation autoritaire des règles de prise de congés et de la réduction du temps de travail dans nos établissements.

Ici aussi, au lieu de recruter massivement pour permettre aux agents de prendre leurs congés, la DFPE réorganise leur travail, aggravant ses conditions.

Les négociations en cours entre la CAF et la ville de Paris confirment la volonté de passer à un paiement à l’heure ou à la demi-journée pour les parents.

Des machines pour badger / pointer parents et professionnels pourraient faire leur apparition d’ici un ou deux ans.

Avec une connaissance précise à l’instant T des taux d’encadrement et des places « vacantes », la logique du « remplissage » maximal pourrait jouer à plein. Une logique comptable, qui s’assoit sur les conditions d’accueil comme si les jeunes enfants étaient interchangeables.

La ville utilise le prétexte culpabilisant de la nécessité de « répondre aux besoins » des familles.

Nous le savons, ce dont ont besoin les familles c’est la garantie d’une place en structure d’accueil collectif.

La CGT petite enfance au cours de ces mobilisations demandait 1 à 2 personnes en plus par établissement.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’une mobilisation de la petite enfance a eu lieu hier le 3.12.

Les personnels ne lâcheront rien.

Je vous en remercie.

Lien sur fichier en PDF :